• Article sur l'Algérie publié dans deux revues :

    - EU External Affairs Review

    - Association for International Affairs


    1 commentaire
  • Article publié par The maghreb Center, un think tank américain spécialisé sur les questions relatives au Maghreb. Une version plus longue de cet article sera publiée à la fin de l'année dans The Maghreb Center Journal.

    Article published by The Maghreb Center, a Whashington-based think tank focused on Maghreb's issues. A longer version of this article will be published in The Maghreb Center Journal at the end of this year.

     

    Why Algerians don’t make a revolution?
     By Karim Amellal, Lecturer at the Institute of Political Studies in Paris (Sciences Po-Paris).

    After decades of political sclerosis and inertia, the Maghreb and the Middle East have brutally become a row of dominoes. In this part of the world that has been considered as culturally resistant to any democratic change for a long time, values of liberty and democracy are brandished like banners by young people yearning for a major change in their lives.

    Algeria wasn’t an exception to the rule. In January 2011, several unrests took place in the country. Five people were killed and several hundred injured. Unemployed and poorly housed made up the bulk of protesters. All the ingredients were gathered for a revolution: a spark (rising prices of food), a sclerotic policy process, an aging leader at the helm for over 10 years, a growing inequality despite oil wealth, corruption, etc. And yet, the country stood relatively intact by the massive upheaval that was rocking all around in the Arab world. For a nation built with revolutions, it is quite surprising. So let’s try to see why.

    First, we must remember that Algeria has known a similar revolution 20 years ago – in October 1988 – which keeps shaping the national imagination and most people’s perception of what’s now happening abroad.

    In 1988, the regime was breathless because of a strong economic crisis linked with very inept political choices, and a huge popular discontent spreading on the basis of the feeling of « hagra » – injustice mixed with resentment. When the riots broke out in Algiers and the military (designated by the acronym ANP for National Popular Army) drew blood, the crowd gathered in the capital city to express its anger, and the regime was completely discredited and delegitimized. Corrupt and highly incompetent, President Chadli Bendjedid was ousted both by a popular revolt and a cohort of greedy and power-hungry generals, finally fed up with their own puppet whom they manipulated behind the scene. Thus, the road was open for a democratic transition that lasted three years, and brought about a multiparty system and freedom of press and association. But only one party succeeded in matching the Algerians’ expectations, providing the only credible alternative to the regime: an Islamist party, the FIS (Front Islamique du Salut), founded in 1989 and immediately authorized. The FIS, extremely powerful during this period, won the 1990 local elections and was on the launch pad to win the general elections of 1991, which would have given the Islamists access to state power. The military intervened in a coup d’ État to stop the Islamists and regain power. The democratic transition crashed and the civil war started: the GIA (Armed Islamic Groups) emerged and a dramatic struggle against the Algerian government was engaged. The civil war, responsible for approximately 200, 000 dead, ended in the late 90’s with the new President, Abdelaziz Bouteflika, and the amnesty he gave to most guerilla fighters.

    In the new context of the Arab spring, everybody in Algeria remembers the unrest and  tragic consequences of the transition process, started with the fall of Chadli – in many respects similar to Mubarak or Ben Ali, but much less powerful as they were – and ended ten years later. Despite the considerable concerns of the people, and especially the youth (half the country’s population is under the age of 25), the civil war’s memory is still fresh in the minds: by weighting the pros and cons of a revolt, most people consider that it is now to early to engage in a process whose outcome is far from certain. The street is definitely not ready for a new revolution that could bring unpredictable changes – and why not radical Islamists, once more, to power.

    The second issue we need to keep in mind is the important differences that exist between Algeria and its neighbors. Freedom of expression and a relative – but real – multiparty system are the components of an authoritarian regime that is not a dictatorship. In the streets of Algiers, Constantine or Oran, every Algerian is free to speak and express his/her distrust of the government. The print media are rather free – as opposed to television which remains under strict state control – and it is very common to read in newspaper columns that a minister is involved in a corruption case. Despite all the democratic deficits of the Algerian regime in terms of rights, freedoms and transparency, and the still heavy weight of the military, it would be an exaggeration to describe Algeria as closed, autocratic or dictatorial as Ben Ali’s Tunisia and Mubarak’s Egypt were.

    Thirdly, after the turmoil of the 1990’s, Algeria is now a wealthy country with considerable oil and natural gas export revenues, thanks to the economic upturn experienced in recent years and the rising prices of oil. In 2010, Algeria’s foreign exchanges reserves reached $150 billions – i.e. more than those of the US ($140 billions), the UK (118) or Canada (63)! Although these figures mask a tough social reality (with unofficial unemployment rate reaching 25% and around 23% of the population living below the poverty line), it gives the government a certain room for maneuver. In the wake of Ben Ali’s fall on January 14th and Mubarak’s on February 11th, the Algerian regime was forced to make concessions to make sure that the demonstrations do not degenerate into a mass revolt. The state of emergency has been finally lifted after 19 years and during the spring a very substantial redistribution plan has been adopted, including a massive rise of public spending intended mainly for housing and employment. Moreover, in a television address to the nation, president Bouteflika announced a revision of the Constitution and the setting up of a committee involving political leaders and experts to comply with the principles of parliamentary democracy.

    Have the promises of freedoms, change and money durably extinguishes the flames of protest? The marches recently organized in Algiers by a heteroclite “National Coordination for Democratic Change” – a group of unofficial unionists, opponents and rights defenders – has not met the expected success and support and was unlikely to destabilize the government. Perhaps this is the last reason why no deep political change has happened in Algeria despite the ongoing feeling of “hagra” shared by the people: there are no forces anymore able to catalyze the protests. Indeed, Islamists are still mostly out of the game and those, moderate ones, who participate in the governmental coalition do not benefit from the same support as the banned FIS had benefited at the beginning of the 90’s. Opposition parties – and mainly the one with a popular basis: the socialist party (FFS) of former opponent Hocine Ait-Ahmed – are very divided and not strong enough to emerge as a credible alternative to Bouteflika’s coalition.

    Finally, the Algerians carefully scrutinize the ongoing transition process in Tunisia and Egypt. Tunisia is still far from a democratic regime and at this stage no sound alternative has emerged from the “Jasmine Revolution”: there is a risk that the great hopes of the youth remain unfulfilled and get strangled in an endless cycle of political uncertainty. In Egypt, six months after Mubarak’s fall, square Tahrir’s protesters are still waiting for the major change they struggled for and signs of impatience are amplifying with the very low speed of reforms undertaken by the militaries – although Mubarak’s trial may be a significant step forward and a massive signal sent to other autocrats.

    Algerians now want a democratic evolution, more jobs and less corruption. Not a hazy revolution. But the revolutionary fervor that is firmly rooted in the national spirit could surface again if the legitimate aspirations of the people remain ignored.

    Karim Amellal


    2 commentaires
  • Aujourd’hui, 52% des Français considèrent qu’il faut être corrompu pour réussir. En comparaison, les Américains sont seulement 20% à penser cela.
    La France est ainsi l’un des pays de l’OCDE dans lequel la confiance des citoyens dans les institutions est la plus faible, mais aussi dans lequel les citoyens se méfient le plus les uns des autres.
    Pour les économistes Yann Algan et Pierre Cahuc, c’est l’étatisme et le corporatisme du modèle social français qui sont à l’origine de cette défiance.
    Par quels mécanismes ? Comment notre modèle social s’auto-détruit et comment y remédier ?
    Yann Algan, professeur d'économie à Sciences Po et co-auteur avec Pierre Cahuc de La société de défiance, répond aux questions de Karim Amellal dans IMPACT.

     

    Devenez fan de notre page Facebook en cliquant : ici !

    Et retrouvez toutes nos émissions en cliquant : ici !


    1 commentaire
  • Nous n’avons pas besoin de plus d’égalité ; nous avons besoin d’une meilleure égalité. D’une égalité pratique, réelle, et non simplement d’une égalité de droit, théorique. C’est ce « mieux d’égalité » qu’en France nous avons choisi d’appeler l’égalité des chances. Cela ne signifie pas qu’il faille traiter tous les individus de la même manière, mais que la priorité est de réduire des inégalités de départ, liées par exemple au territoire sur lequel on nait ou au niveau de revenus de ses parents, qui, dans notre pays, par le puissant jeu des hermétismes et des phénomènes de reproduction, figent les trajectoires et emprisonnent les individus dans des cases prédéfinies – des ghettos. Corriger ces inégalités de départ, c’est éviter que des gens talentueux, mais nés au « mauvais » endroit, avec le « mauvais prénom » ou avec la « mauvaise » couleur de peau, ne soient pas entravés, dès le départ, parce qu’ils vont dans les « mauvaises » écoles, qu’ils choisissent la « mauvaise » orientation, que leurs parents ont les « mauvais » contacts, etc. Plus d’égalité des chances, c’est donc plus de méritocratie : le mérite, le talent, les capacités doivent seuls gouverner l’ascension sociale. Cet objectif fait consensus aujourd’hui : tout le monde ou presque, au moins à gauche, est d’accord pour inscrire dans le réel cette égalité de droit qui est partout consacrée ou, si l’on osait, pour « réaliser » l’égalité des chances.

    Or en ces temps de réflexion programmatique, à gauche notamment, il ne faudrait pas que celle-ci soit sacrifiée sur l’autel du réalisme électoral, car parler d’égalité des chances, promouvoir des opportunités équivalentes, fondées sur les capacités, selon que l’on naît riche ou pauvre, blanc ou noir, en banlieue ou à la campagne, ce n’est pas s’aliéner un électorat mais au contraire s’adresser à tous les Français, riches et pauvres, blancs et noirs, périurbains et ruraux. Renforcer l’égalité des chances, c’est mettre en œuvre la République.

    Mais – et c’est là où le débat devient intéressant – promouvoir l’égalité des chances, cela passe aussi par la promotion… de la diversité. Diantre, quel paradoxe !

    Un petit ouvrage a, depuis sa parution en France en 2008, rencontré un vif succès : La diversité contre l’égalité, de Walter Benn Michels. Selon ce professeur de littérature à l’Université de Chicago, agir en faveur de la diversité, ou au nom de la diversité, pour corriger des inégalités inacceptables dans une société démocratique moderne, ce serait rompre le primat de l’égalité et la dissoudre dans la culture, voire dans l’ethnique. Cette thèse semble frappée au coin du bon sens et parfaitement conforme avec l’idée, familière, selon laquelle il n’y aurait d’égalité que sociale et toute inégalité serait le produit de déterminants sociaux. Par conséquent, la diversité, parce qu’elle se réfère à la culture, déplacerait le débat du terrain social vers le terrain culturel et priverait la « question sociale » de la seule réponse valable: une réponse sociale. Pour schématiser, selon Benn Michaels, la notion de diversité aurait été inventée par les hérauts du capitalisme qui cherchaient à détourner l’attention de l’opinion, des masses laborieuses, en agitant le hochet culturel et, ainsi, sauvegarder leurs intérêts de classe en évitant les réformes sociales essentielles.

    Cette argumentation est aussi séduisante parce qu’elle vient conforter le vieux paradigme marxiste qui imprègne encore, avec nos sciences sociales, notre façon de penser et de traiter les inégalités. Inutile de rappeler ici à quel point cette grille de lecture est puissante à gauche et au parti socialiste : la « question sociale » demeure l’alpha et l’oméga de l’appréhension des inégalités. Mais si cette argumentation est séduisante, elle est aussi fausse. Car ainsi que le démontrent depuis quarante ans aux USA et quinze ans en France, notamment dans le sillage de Pierre Rosanvallon, les penseurs de la « nouvelle question sociale », les inégalités ne sont pas que sociales, loin s’en faut, et le traitement social, s’il est essentiel, ne constitue qu’un des aspects du remède.

    Réconcilier l’égalité avec la diversité, c’est d’abord prendre acte du fait que cette notion, encore si ambivalente, de diversité n’est pas le cache-sexe de ce fantasme que l’on nomme « communautarisme », c’est-à-dire de l’éclatement de notre société en une multitude de communautés concurrentes réclamant des droits spécifiques – la dilution de la gemeinshaft dans la gesellshaft, pour reprendre la vieille dichotomie de Tönnies. Le concept de diversité, en France et tel qu’il se déploie depuis une dizaine d’année, ne vise nullement à oblitérer le vivre-ensemble et la collectivité pour la simple raison qu’il lui est en réalité consubstantiel. Notre fabrique nationale, par sédimentation, est le produit du divers. Affirmer que la société française est diverse relève du pléonasme. Mais la diversité n’a pas été « inventée » pour dire cela ; elle n’a pas été inventée pour culturaliser ou ethniciser ou encore racialiser la société française. C’est tout le contraire ! Elle a été inventée, paradoxalement, pour la déculturaliser, c’est-à-dire pour que les caractéristiques ethniques, ou culturelles de façon plus large, cessent d’être des marqueurs, ou plutôt des déterminants sociaux.

    Revenons un peu en arrière, au début des années 2000, lorsque la notion de diversité a fait son apparition dans le débat public français. Quelle était la situation ? On venait (enfin) de s’apercevoir que des catégories entières de la population étaient marginalisées dans l’enseignement supérieur, les grandes écoles en particulier, sous-représentées dans les champs politique et médiatique, pour ne pas dire totalement absents. Les élites, dans le sens le plus général du terme, formaient un camp homogène, comme retranché, déconnecté du reste de la population. On a commencé à trouver cela anormal, tout de même, et on s’est penché sur les raisons de ce décalage entre ceux qui détiennent les postes-clés, qui forment les élites, qui accèdent aux filières les plus sélectives de l’enseignement supérieur, et les autres, qui restent « en bas », ségrégués. Ces « autres », ce ne sont pas que les Français issus de l’immigration. Ce sont aussi les femmes, les habitants de zones urbaines sensibles, les handicapés – et pour ces derniers en dépit de quotas de recrutement obligatoires depuis 1987 ! Comment l’expliquer ? Par le stigmate, cette différence, réelle ou supposée, culturelle ou physique, qui colle à la peau, marque et se fait remarquer et qui, en vertu de préjugés, c’est-à-dire d’un jeu de représentations négatives faisant de l’autre, du ou de la différent(e), une menace, un danger, produit de l’exclusion, du séparatisme. C’est cela, la mécanique discriminatoire. Et pour l’enrayer, il faut enrayer les préjugés qui la fondent. Comment ? En forçant les gens à ne pas discriminer et en punissant ceux qui le font, bien sûr, c’est un premier pas, indispensable, et c’est tout l’objet de la loi du 16 novembre 2001. Mais cela ne suffit pas car la loi n’agit pas sur les ressorts de la discrimination, c’est-à-dire les préjugés, les idées reçues, par exemple celle qui motive la décision de ne pas recruter une jeune femme sous prétexte que l’on pense qu’elle va tomber enceinte, un jour ou l’autre, et qu’alors elle deviendra un fardeau pour l’organisation.

    Le but de ce que l’on appelle « la diversité », c’est quoi en définitive ? Ce n’est pas de sous-entendre que la différence culturelle, ou ethnique, c’est fantastique en soi, intrinsèquement, et que donc il faut la valoriser pour ce qu’elle est, mais de faire en sorte, par des actions et des procédures ciblées, que la couleur de peau, le prénom ou le sexe ne doivent plus constituer des stigmates entravant la promotion sociale, par exemple en bloquant l’accès à un emploi. Agir, ou promouvoir, la diversité, c’est donc travailler en faveur d’une plus réelle égalité des chances avec en point de mire une société où le trait culturel, le stigmate, ne serait plus un handicap, ne compterait plus, serait inopérant.

    Le moteur de la diversité est là : accepter de reconnaître des différences en tant qu’elles sont une contrainte, un obstacle, et les neutraliser par un effort ciblé de sorte qu’à terme, par le rééquilibrage des diverses portions de la société dans les lieux de pouvoir, ces différences n’en constituent plus parce que les préjugés dévalorisants se seront étiolés : lorsqu’il y aura plus d’Arabes à l’Assemblée, plus de Noirs au Sénat, plus de femmes dans la haute fonction publique, plus de tout dans les médias, alors être Noir, Arabe ou une femme ne sera plus perçu comme étant un handicap, ne sera plus assimilé à des représentations négatives.

    La notion de diversité sert ainsi à définir des catégories victimes de représentations, préjugés et discours qui placent l’Autre - celui qui est différent par l’apparence, le sexe, l’orientation sexuelle, le patronyme, etc. - dans une relation de domination et dans une position d’infériorité. Donc d'inégalité. C’est ce qui fonde les discriminations ; toutes les discriminations et pas que les discriminations raciales même si celles-ci, ainsi qu’en témoigne le dernier rapport de la Halde, continuent d’être massives. La notion de diversité, avec ses imperfections, permet aujourd’hui d’appréhender cette problématique en faisant référence à des groupes, des catégories qui sont frappées par cette inégalité et, de ce fait, doivent être la cible de correctifs supplémentaires, d’actions spécifiques permettant de réduire l’impact négatif du stigmate.

    Autrement dit, parler de diversité, c’est parler d’égalité, c’est réinscrire la notion dans une perspective plus vaste et corrélativement accroître son efficacité. Loin de nuire à l’égalité, la diversité est l’une des conditions de l’égalité.

    KA.

     


    3 commentaires
  • Voici un papier écrit pour L'Etudiant et publié hier :

     

    Discriminations à l'embauche : "des progrès encore très insuffisants"

    Par Karim Amellal

    Trouver un emploi : telle est la démarche qu’entreprend naturellement tout étudiant diplômé. Or c’est hélas devenu un lieu commun que de l’écrire : l’insertion professionnelle est aujourd’hui un vrai parcours du combattant. Le taux de chômage des jeunes de 15 à 25 ans est considérable : estimé à 25%, il tombe sous les 10% pour les bac+4, preuve que le diplôme conserve malgré tout une certaine efficacité. En revanche, le temps de prospection s’allonge : il faut aujourd’hui plus de temps qu’il y a dix ans pour trouver un emploi, et encore bien souvent ce n’est pas le job de ses rêves. Pour la majorité des diplômés, la période de latence est ainsi supérieure à un an. Selon l’AFIJ (1), seuls 40% des jeunes diplômés de 2008 ont trouvé un emploi à la fin de leurs études. Parmi eux, seul le tiers est en CDI tandis que les deux tiers restants ont dû se contenter soit d’un CDD soit d’un contrat d’intérim.

    Entretien d'embauche : un sésame difficile à décrocher

    "Il faut aujourd’hui plus de temps qu’il y a dix ans pour trouver un emploi, et encore bien souvent ce n’est pas le job de ses rêves"

    Compétition entre diplômés, asymétrie, voire manque d’informations, ou encore frilosité des employeurs et forte préférence de ceux-ci pour des formes de recrutement précaires… Les difficultés qui émaillent l’accès à l’emploi sont multiples et le rendent très anxiogène. L’entretien d’embauche, dans ces conditions, est le sésame nécessaire à l’obtention d’un poste, et le décrocher, pour certains candidats, relève hélas de la gageure. Car une autre difficulté peut intervenir à ce moment du parcours, et même dès l’envoi de son CV : la discrimination. Jeunes comme vieux en sont victimes, diplômés ou non diplômés, hommes et femmes, Français comme étrangers.

    De rares sanctions

    Qu’est-ce que la discrimination ? La mécanique discriminatoire est fondée sur des préjugés et frappe ceux qui sont perçus, en raison de leur sexe, de leur origine ou encore de leur religion, comme différents et donc potentiellement menaçants. La discrimination, qui vient du mot latin "discriminatio" signifiant "séparer", consiste selon la Halde en "une inégalité de traitement fondée sur un critère prohibé par la loi."

    "Dans les faits, c’est rarement au pénal que les discriminateurs sont punis, mais plutôt au civil"

    Quels sont ces critères ? Ils sont nombreux. Le Code pénal les énumère : l’origine, le sexe, la situation de famille, la grossesse, l’apparence physique, le patronyme, l’état de santé, le handicap, les caractéristiques génétiques, les mœurs, l’orientation sexuelle, l’âge, les opinions politiques, les activités syndicales, l’appartenance ou la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. La discrimination peut être directe si elle se fonde sur un ou plusieurs de ces critères, ou indirecte lorsqu’une règle, une pratique ou un critère apparemment neutre a un effet défavorable sur un groupe visé par un critère de discrimination. La discrimination peut aussi prendre la forme d’un harcèlement. Toujours selon le Code pénal, la discrimination à l’embauche est un délit puni par la loi, et sévèrement : trois ans de prison et 45 000 euros d’amende. Dans les faits, c’est rarement au pénal que les discriminateurs sont punis, mais plutôt au civil. Et si les sanctions financières prononcées sont très rares, elles  n’en constituent pas moins pour les employeurs un vrai risque qu’ils doivent désormais prendre en compte.

     

    Une lutte qui progresse, mais...

    "Chaque année le rapport annuel de la Halde rappelle l’ampleur de la discrimination"

    La lutte contre les discriminations a beaucoup progressé au cours des dix dernières années, notamment sous l’influence du droit communautaire. Un dispositif juridique antidiscriminatoire existe désormais depuis une dizaine d’années. La loi du 16 novembre 2001 en fixe le cadre général et la création de la Halde en 2004 est utilement venue compléter ce dispositif. Certes, ces progrès sont encore très insuffisants : chaque année le rapport annuel de la Halde rappelle l’ampleur de la discrimination, en particulier dans le secteur de l’emploi. Les personnes d’origine étrangère sont majoritairement ciblées, bien avant les handicapés, les seniors et les femmes.


    Aujourd’hui, plus personne ne peut nier l’existence des discriminations et des efforts sont faits pour les amoindrir. Des initiatives publiques et privées en faveur de la "promotion de la diversité" fleurissent depuis la "Charte de la diversité" lancée en 2004. Tout ce qui peut concourir à accroître l’égalité des chances, à lutter contre les discriminations et à faire du principe d’égalité un principe de réalité et plus seulement un principe théorique va dans le bon sens. De même que tous les plans ou labels en faveur de la diversité, de la lutte contre les discriminations ou de l’égalité professionnelle qui sont des instruments utiles, mais hélas trop peu incitatifs et insuffisamment contraignants.

    Un impératif pour la performance économique

    "Si la promotion de la diversité reste pour certaines entreprises un slogan de communication (...), pour d’autres, la diversité est un impératif"

    Les employeurs sont quant à eux de plus  en plus conscients de l’enjeu que représente la lutte contre les discriminations et ne peuvent plus se permettre de l’ignorer. Si la promotion de la diversité reste pour certaines entreprises un slogan de communication qui vise à se donner bonne conscience, pour d’autres, notamment pour celles qui se déploient à l’étranger, la diversité est un impératif, un instrument d’efficacité et de compétitivité ; bref, de performance économique. C’est ce qui les pousse à agir. Certaines entreprises, en particulier les plus grandes, développent des outils de recrutement équitables performants et déploient en interne des "politiques de la diversité" tout au long des carrières qui visent à percer les "plafonds de verre" qui entravent la promotion des personnes susceptibles d’être discriminées. Outre l’anonymisation des CV qui permet de faire accéder à l’entretien des candidats qui, sinon, risqueraient d’être écartés en raison des informations fournies sur le CV (patronyme, nationalité, lieu de résidence…), d’autres moyens sont expérimentés, telle la méthode de recrutement par simulation (MRS) qui consiste à objectiver davantage le processus d’embauche à travers des tests de simulation et d’aptitude.


    La discrimination à l’embauche reste pour les jeunes, diplômés ou non, un obstacle important dans le long et compliqué parcours d’accès à l’emploi. Il faut en prendre conscience et s’informer. Il faut aussi connaître les moyens, notamment juridiques, qui existent lorsque l’on pense être victime de discrimination. Celle-ci n’est pas une fatalité.

    (1) Enquête d’avril 2009 de l’Association pour faciliter l’insertion des jeunes diplômés
     

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique