• Un représentant du "corps français traditionnel" à la tête de la Halde ?!! Ne manquait plus que cela. Non pas que Malek Bouthi me paraisse être le meilleur président de la Halde possible, loin s'en faut, mais cet argument est si bête et absurde qu'il me prendrait presque l'envie de défendre sa candidature.

    Désormais, et ce n'est pas du politiquement correct, plus un jour ne passe sans qu'une nouvelle bouche de la droite "libérale" ne déverse son fiel sur la tête des Noirs et des Arabes. C'est la victoire de la droite décomplexée, on vous dit ! Vivement qu'elle se recomplexe...

     

    Les propos de Gérard Longuet sur Malek Boutih déclenchent une polémique
    LEMONDE.FR avec AFP | 10.03.10 | 20h56  •  Mis à jour le 10.03.10 | 21h23


    érard Longuet, le patron des sénateurs UMP, a déclenché une polémique, mercredi 10 mars, en jugeant préférable de nommer à la Halde quelqu'un du "corps français traditionnel" plutôt que le socialiste Malek Boutih. M. Boutih est "un homme de grande qualité mais ce n'est pas le bon personnage" pour présider la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité, a déclaré le patron des sénateurs UMP, invité de "Questions d'Info LCP-France Info-AFP".

     

    <script></script>
    A la question de savoir pourquoi M. Boutih ne correspondait pas, à ses yeux, au poste, il a répondu : "Parce qu'il vaut mieux que ce soit le corps français traditionnel qui se sente responsable de l'accueil de tous nos compatriotes. Si vous voulez, les vieux Bretons et les vieux Lorrains – qui sont d'ailleurs en général italiens ou marocains – doivent faire l'effort sur eux-mêmes de s'ouvrir à l'extérieur." "Si vous mettez quelqu'un de symbolique, extérieur, vous risquez de rater l'opération", a insisté M. Longuet.

    Le PS, par la voix de son numéro deux, Harlem Désir, s'est aussitôt dit "scandalisé" par ces propos, demandant à l'UMP de les "condamner immédiatement avec la plus grande fermeté et à M. Longuet de présenter des excuses publiques à Malek Boutih". "Ces propos sont bien plus qu'un dérapage, une véritable théorie raciale totalement contraire à l'idée de la nation républicaine et à l'égalité des droits entre les citoyens de toutes origines", a affirmé l'eurodéputé, en estimant que de telles assertions méritaient une saisine de la Halde.

    LONGUET AVOUE UNE "EXPRESSION MALADROITE"

    Interrogé mercredi soir sur Europe 1, Gérard Longuet a expliqué que son "expression était peut-être raccourcie et maladroite". Il a toutefois maintenu le sens de ses propos en affirmant que "dans la symbolique, ce serait bien que la lutte contre la discrimination, et en particulier contre la discrimination raciale, soit appropriée par tous ceux qui ne se sentent pas concernés. Ceux qui se sentent protégés et qui au contraire doivent faire cet effort d'ouverture".

    Fustigeant également des propos "d'un autre siècle", le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a jugé sur Public Sénat que "le rapport de la droite à l'immigration est consternant". "Ce n'est plus un dérapage, c'est une chute libre", a réagi le PCF dans un communiqué.

    Même indignation du côté de SOS-Racisme : "La vision véhiculée par M. Longuet (...) montre la conception ethnique qu'il s'en fait et qui rappelle la France de Maurras, en contradiction avec la France républicaine qu'il est censé incarner", a dénoncé l'association antiraciste. "Nous, on a des militants qui ne sont pas du 'corps français traditionnel'. Le 'corps français traditionnel', c'est quelque chose qui pue, c'est quelque chose qui ne sent pas bon", a expliqué Olivier Besancenot, leader du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA). "On voit qu'une fois de plus, le gouvernement, l'UMP, font tout ce qu'ils peuvent pour siphonner les voix de l'extrême droite", a insisté la tête de liste NPA en Ile-de-France.

     


    1 commentaire
  • Article du Nouvel Obs de ce jour. Pas sûr qu'un ministre d'une notion aussi floue et valise que la diversité soit une bonne idée...


    Société

    Racisme: le CRAN demande un ministre de la Diversité

    AP | 09.03.2010 | 17:11

    Le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) préconise la nomination d'un ministre de la Diversité et l'instauration d'un observatoire du racisme pour lutter contre le racisme et le communautarisme.

    Dans un rapport remis dans la matinée aux ministres de l'Intérieur Brice Hortefeux et des Affaires étrangères Bernard Kouchner, le CRAN présente 50 propositions. Il prône notamment la création d'"un observatoire national du racisme", qui "permet de donner une vue d'ensemble de tous les phénomènes sociaux liés au racisme, sans aucune lacune: la discrimination, bien sûr, mais aussi l'agression et la stigmatisation".

    Pour le président du CRAN Patrick Lozès, ce serait "la tour de contrôle" face au racisme qui "a changé". "Aujourd'hui, il faut observer, il faut savoir ce qui se passe, il ne faut pas se concentrer uniquement sur les discriminations, mais aussi voir la stigmatisation, la violence, les injures, et voir comment est-ce que cela évolue dans notre pays", a-t-il expliqué sur Europe-1, avant de remettre son rapport aux ministres qui lui avaient confié la mission en octobre dernier de réfléchir sur "les moyens de combattre efficacement les replis communautaristes et toutes les formes de racisme".

    Le CRAN souhaite également "créer un ministère de la diversité (...) chargé de coordonner les différentes actions, publiques et privées, menées pour la diversité en France". "Afin que les associations, et les publics de la diversité, aient un interlocuteur unique et clairement identifié". "Actuellement, l'action publique en matière de diversité est éparpillée entre de très nombreux ministères, sans aucune coordination, et la multiplicité des interlocuteurs nuit à la lisibilité de la politique qui est suivie", estime le CRAN.

    "Quand je veux parler de diversité, j'ai plusieurs interlocuteurs: j'ai M. Besson (Immigration), Mme Amara (Ville), M. Sabeg (commissaire à la Diversité). C'est très compliqué", a souligné Patrick Lozès. "La France est mûre pour avoir un seul interlocuteur, un ministre de la Diversité".

    Autre proposition-phare, instaurer des statistiques de la diversité. "Pour lutter contre les discriminations que subissent les minorités visibles, il convient d'instaurer des statistiques de la diversité, anonymes, autodéclaratives, facultatives, sans constitution de fichiers, validées par la CNIL" (Commission nationale de l'informatique et des libertés), souligne le CRAN dans son rapport. Mais son président a précisé que "ce ne sont pas des statistique ethniques", mais des statistiques "pour révéler les discriminations les plus nombreuses", les "indirectes qu'on ne voit pas à l'oeil nu".

    Autre proposition concrète, une attestation de contrôle policier. "Un contrôle de police est un acte qui n'est pas anodin, il est donc légitime que ces procédures soient enregistrées et que la personne contrôlée reçoive une explication écrite".

    Pour Patrick Lozès, "aujourd'hui, après le débat sur l'identité nationale, qui a été très mal vécu par nos concitoyens, le gouvernement doit montrer sa bonne volonté sur la lutte contre le racisme et les discriminations". AP


    votre commentaire
  • Voilà les commentaires de l'article posté (site du Figaro)... Echantillon bien sûr non représentatif de notre pays (mais des lecteurs du Figaro, moins sûr !)

    <script src="http://file.blog-24.com/premium/script/extra-comment-form-loader.js" type="text/javascript"></script> <script type="text/javascript"></script>

    AvatarEmile007

    Je vois souvent Eric ZEMMOUR dans "on n'est pas couché" et je ne l'ai jamais trouvé raciste. J'ai plaisir à l'entendre dire des vérités - anti idées toutes faites dont on nous rebat les oreilles -. Nous avons toujours l'impression d'être le seul à penser différemment de nos élites gaucho et Mr ZEMMOUR d'une phrase remet les choses en place et cela nous rassure.

    Le condamner voudrait dire que nous ne sommes plus en démocratie. Mr ZEMMOUR vous avez mon soutien !

    Le 9/03/2010 à 19:22 RépondreAlerter

    AvatarBredge

    Pourquoi le MRAP nie l'evidence ? Tout le monde sait que l'immigration se concentre dans certains quartiers et que les francais de souche survivent. Ils vivent dans un univers qui n'est pas le leur, alors que le MRAP dise pourquoi un francais de souche n'a pas droit de vivre dans un environnement traditionnel, avec ses traditions. pourquoi ne peuvent ils vivre en francais dans leur pays la france ?Est il normal de passer une journée sans entendre un seul mot de francais? est il normal de ne plus manger de jambon car il n'y a plus d'epicerie pour en vendre Il est vrai que les representants du MRAP, vivent eux dans de beaux quartiers grace à de tres bons salaires versés par cette belle association....Je soutiens complètement mr Zemmour qui ose dire ce qui EST . Le choeur des hypocrites va donner de la voix avant de rejoindre leurs salons confortables afin de philosopher en toute quiétude....loin de la réalité.
    ,

    Le 9/03/2010 à 19:22 RépondreAlerter

    Avatar????????

    Il faudrait éviter aussi, que la presse ne fasse pas la promotion des associations comme le MRAP qui ne véhicule que le communautarisme et l'intégrisme religieux. Même ressort que beaucoup d'autres congrégation, faire parler de soi à propos de n'importe quoi.

    Le 9/03/2010 à 19:21 RépondreAlerter

    Avatarserrano Mathieu

    Moi je dis au MRAP que si la si fascinante "kenza", autoproclamée et promue par des médias enchantés du buzz " porte parole officielle de la "burquitude", peut tranquilement aller partout expliquer en quoi le voile intégral est un sommum de la liberté des femmes ( si, si....!); c'est bien la moindre des choses que dans un soucis d"équilibre et de salubrité mentale, les français puissent écouter de temps à autres, une personne qui allie l'intelligence, le pouvoir d'analyse et la perspective historique, sans oublier un certain courage. Celà nous change agréablement des bobos formatés par le politiquement correct.
    Eric Zemmour a tout mon soutien, et pourtant je suis loin d"être toujours d'accord avec lui.

    Le 9/03/2010 à 19:20 RépondreAlerter

    Avatarredgie18

    J'apprécie beaucoup M.Zemmour, qui dit la vérité, mais actuellement il ne faut rien dire, la moindre parole provoque toute une histoire .
    Hopi a raison , dans les pays " musulmans " le nombre de chrétiens tués on l'oublie bien entendu, là le Mrap n'en parle pas . normal ? -

    Le 9/03/2010 à 19:18 RépondreAlerter

    AvatarLetane74

    Un proverbe dit ceci " Il n'y a que la vérité qui fâche" ou "La vérité n'est pas toujours bonne à entendre". Pour le MRAP, c'est exactement de ça qu'il est question. Entendre l'insupportable réalité des choses.
    Eric Zemmour à raison et à mon soutien!

    Le 9/03/2010 à 19:18 RépondreAlerter

    Avatarjeanjean48

    Tiens Alouni est toujours la ?
    Zemmour exprime tout haut ce que pense l'ensemble des français.
    Bien sur les autochtones s'en vont, mais aussi les jeunes maghrébins qui ne supportent plus d'être embêtés par des petits caïds.
    Les prisons sont malheureusement remplis majoritairement par des enfants de l'immigration et sont des lieux de conversion à l'islam.( voir le film le prophéte)
    Le MRAP ne rempli plus depuis longtemps sont rôle; l'amitié entre les peuples, c'est terminé c'est maintenant touche pas à mes potes des banlieues.

    Le 9/03/2010 à 19:18 RépondreAlerter

    Avataratrium

    pourquoi nier l évidence ce qu a dit zemmour c est ce que l on voit dans les grandes villes et leurs périphéries dire le contraire c est mentir et le mensonge est plus condamnable que la réalité!!et puis chacun est libre de dire la vérité ou sa vérité

    Le 9/03/2010 à 19:16 RépondreAlerter

    Avataratrium

    pourquoi nier l évidence ce qu a dit zemmour c est ce que l on voit dans les grandes villes et leurs périphéries dire le contraire c est mentir et le mensonge est plus condamnable que la réalité!!et puis chacun est libre de dire la vérité ou sa vérité

    Le 9/03/2010 à 19:15 RépondreAlerter

    Avatargerard margueron

    enfin quelqu'un qui a le courage de le dire, bravo monsieur ZEMMOUR

    Le 9/03/2010 à 19:15 RépondreAlerter

    votre commentaire
  • Zemmour: le MRAP en appelle au CSA

    AFP
    09/03/2010 | Mise à jour : 18:40
    Réactions (50)

    Le MRAP demande au Conseil supérieur de l'audiovisuel de rappeler aux télévisions et radios "l'éthique des valeurs antiracistes qu'elles doivent respecter", après des propos tenus par le journaliste Eric Zemmour samedi soir sur Canal+.

    Dans un communiqué, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples dit avoir pris connaissance "avec indignation" des derniers propos d'Eric Zemmour "qui participent à la promotion des clichés et des stéréotypes racistes".

    Dans l'émission "Salut les terriens", animée par Thierry Ardisson, Eric Zemour a notamment déclaré samedi soir: "l'immigration se concentre dans certains quartiers, et les autochtones s'en vont", "quand on vit en France, on donne un prénom français" à son enfant, "la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est un fait". Le MRAP demande également au CSA de veiller "à faire en sorte que les chaînes de télévision ne favorisent pas la promotion des clichés et des stéréotypes racistes".


    votre commentaire
  • Dans un texte publié le 23 décembre dernier, la CGE (conférence des grandes écoles) s'est déclarée opposée à l'objectif de 30% d'élèves boursiers dans les établissements qu'elle représente, craignant notamment que ce qui est, à tort, perçu comme l'imposition de quotas conduise à un nivellement du niveau moyen par le bas, autrement dit à une baisse du niveau des élèves admis par le concours dans les grandes écoles.

    Pour ces grandes écoles, une ouverture sociale plus importante induirait mécaniquement un affaissement du niveau des élèves. Etrange raisonnement qui signifie que les élèves boursiers seraient moins bons que les non-boursiers, que la valeur d'un étudiant se mesure au nombre de zéro sur le compte en banque de ses parents... Plus on est riche, meilleur on est. C'est à peine caricatural...

    Non, bien sûr, une plus vaste ouverture sociale ne signifie pas mécaniquement une chute du niveau moyen. Non, l'aménagement des procédures de sélection n'induit pas forcément que l'on doive recruter des élèves académiquement moins bons. L'exemple de Sciences Po le prouve depuis la mise en place des Conventions Education Prioritaire en 2001. Oui, l'objectif d'ouverture sociale, de promotion sociale, de justice sociale, est un objectif légitime qui incombe aux établissements d'enseignement dans leur ensemble et auquel les grandes écoles doivent se soumettre, quitte pour cela à adapter, ajuster leur mode de sélection, sans y renoncer bien sûr.

    En réalité, la position de la CGE masque une crainte beaucoup plus profonde, celle de disparaître, modèle épuisé dans un paysage de l'enseignement supérieur qui évolue très vite, dont les lignes bougent à toute vitesse sous une triple contrainte : d’une part la compétition mondiale qui pousse les universités à atteindre rapidement une taille critique et à adapter leur fonctionnement aux exigences d'un marché mondialisé, sous peine d'être disqualifiées, écartées des classements (Shaghaï, FT...) ; d’autre part la nécessaire standardisation des formations dans le cadre, notamment, du processus de Bologne (3/5/8 et ECTS) ; enfin les choix stratégiques opérés par le gouvernement qui tend, dans une légitime perspective de rééquilibrage entre établissements, à octroyer davantage de moyens aux universités – plutôt qu’aux grandes écoles.

    Tout aujourd'hui concourt à faire des grandes écoles les symboles d'un modèle obsolète : trop petites à l'échelle mondiale, fondées sur une sélection impitoyable et une quête d'excellence qui se fait au seul profit d'une caste d'étudiants favorisés, privilégiés par le milieu social dont ils sont issus, pour lesquels des concours aux épreuves et aux programmes inchangés depuis des lustres constituent l'instrument de la reproduction sociale.


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique