• Les choses ne sont pas si simples...!

    Statistiques ethniques : les Français sont divisés

    [ 19/03/09  ]

    Le commissaire à la Diversité, Yazid Sabeg, doit remettre ces jours-ci ses propositions au président Nicolas Sarkozy, sur la base des travaux d'une commission chargée d'élaborer « la mesure de la diversité et des discriminations » en se fondant sur « l'appartenance à une communauté » (« Les Echos » du 16 janvier).

    Pour la première fois, la France pourrait autoriser les statistiques ethniques, jusqu'ici jugées contraires au pacte républicain. Un tournant qui divise l'opinion publique. Une majorité de l'opinion estime que c'est à l'école de jouer son rôle de creuset naturel de la lutte contre les préjugés racistes. Elle plébiscite donc la pédagogie, par préférence à « l'ethnicisation » des statistiques. C'est l'enseignement tiré du sondage CSA-UEJF-SOS Racisme publié dimanche dernier dans « Le Parisien ». D'après ce dernier, une majorité de Français (55 %) ne jugent « pas efficace » la mise en place de statistiques ethniques pour lutter contre le racisme, l'antisémitisme ou les discriminations.

    Et se placent dans la droite ligne de l'article 8 de la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 janvier 1978 (amendée en 2004) qui interdit la collecte et le traitement de « données sensibles », en particulier l'origine raciale ou ethnique. Le président de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde), Louis Schweitzer, hostile au « concept de communauté » et à celui des quotas (sauf dans le cas du handicap et de l'égalité entre hommes et femmes), va lui aussi dans ce sens. Il publie, cette semaine, un ouvrage sur « Les Discriminations en France » (éditions Robert Laffont), dans lequel il réaffirme son refus de voir la France découpée en « catégories ethno-raciales ». Un contraste avec le monde de l'entreprise, régulièrement poussé à ouvrir le débat sur le décompte ethnique des salariés et, depuis le début de cette année, l'expérimentation élargie du CV anonyme (lire « Les Echos » du 11 février).

    M. J., Les Echos

     

    Pour ou contre les comptages ethniques ?
    Pour
    - Elles permettent de quantifier les inégalités
    - de « nommer » les problèmes pour mieux agir
    - Et de mesurer les progrès effectués.
    Contre
    - La non-reconnaissance
    de l'appartenance ethnique est un principe républicain
    - L'absence de statistiques empêche la mauvaise utilisation de données sensibles (fichage, préférence nationale, etc. en référence
    aux pages les plus sombres de l'histoire).
    - Evite de « racialiser » les questions sociales.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :