• Réflexions intempestive sur le PS...

    Le PS en lambeaux – pléonasme ?! -, récapitulons :

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Dans le contexte économique et social que l'on connaît, le PS s'enfonce... Mais encore ? Rien que du déjà vu. Alors, pour sourire, énumérons :

    <o:p> </o:p>

    - un congrès pour rien, strictement rien, si ce n'est du temps perdu et de l'énergie gaspillée, autrement la chronique ordinaire d'une défaite annoncée (on peut remplacer défaite par : échec, bérézina, déculottée, mort, même, mais ça fait un peu cliché) ;

    <o:p> </o:p>

    - une focalisation absurde, outrancière, à défaut d'autres enjeux essentiels dans la période actuelle, sur l'alliance avec le Modem, soit, et c'est bien connu, avec le nouveau parti-charnière, la clé des scrutins futurs, le nouveau monument de la vie politique française, et cela, pourquoi ? Parce que, selon les néo-caciques, rien de moins que « l'identité » du parti était en jeu, et que c'est une question de survie. Même dans l'au-delà ? La résolution des problèmes des Français, naturellement, est un enjeu secondaire qui a vocation à s'effacer devant la question de l'identité du PS ; poursuivons...

    <o:p> </o:p>

    - ...sur le fond, justement. Et le fond, dans un congrès, ce sont les motions. Il faut les lire mais attention, elles sont si creuses que le risque est grand d'y sombrer. Hélas, l'abîme est insondable et la chute vertigineuse.

    <o:p> </o:p>

    - Les éléphants ? Ils se bousculaient dans le cimetière de Reims. La pathétique valse des egos atteint maintenant son comble. Quelle image digne envoyée aux militants, aux Français ! Le congrès de Reims fut une réunion de dolichocéphales, d'orgueilleux, de pitres, de chefs de clans. Le but du jeu : devenir grand chef. Pour faire quoi ? ... Revenons aux personnes, à ces petits chefs, donc, puisque ce sont eux les maîtres du jeu.

    <o:p> </o:p>

    - Delanoë ? Il s'est en un clin d'œil auto-laminé. Tout seul. Sans l'aide de personne. Amusant.

    <o:p> </o:p>

    -  Hamon ? Pour des raisons que seuls les médias connaissent, c'est le nouveau Barack Obama du PS. Tout est dit.

    <o:p> </o:p>

    - Aubry ? Voilà enfin une nouvelle tête.

    <o:p> </o:p>

    - Royal ? Je passe.

    <o:p> </o:p>

    - Il n'y a pas de point numéro 9. Je range la plume au fourreau et, gavé d'amertume, de tristesse aussi, je vais me coucher en espérant des jours meilleurs.

    <o:p> </o:p>

    En France, depuis dix ans, être de gauche est devenu un véritable sacerdoce.


  • Commentaires

    1
    alexandra
    Mercredi 19 Novembre 2008 à 11:34
    triste
    MDR on est pas sortis de l'auberge avec des guignols comme ca. c'est triste quand meme
    2
    Tissem
    Dimanche 14 Décembre 2008 à 02:55
    Le parti socialiste est un phénix
    C'est clair que parfois ça n'a plus vraiment de sens et d'envie d'être du parti socialiste car on voit le gâchis en terme stratégie politique. Il ya partout de bons atouts naissants encore faut-il que les éléphants se poussés un peu pour libérer un peu de place lol Espérons que ce parti renaisse de ses belles cendres et d'un tas de poussières inutiles.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :